Les Placements Financiers

Vous aider à mieux comprendre...

 

Dans l’univers très complexe des placements financiers, on peut distinguer deux principales catégories : les placements aux rendements garantis, et les placements aux rendements variables.

L’investisseur qui souhaite réaliser un placement financier doit déterminer au préalable le niveau de risque qui lui correspond.

Pour un placement donné, l’espérance de gain est directement liée au niveau de risque pris.

Un placement sans risque sera faiblement rémunéré…particulièrement aujourd’hui. A l’inverse, un placement risqué comportera un risque de perte plus ou moins important (notion de volatilité).

Les 2 enveloppes fiscales les plus utilisées sont l’assurance vie et le PEA (Plan Epargne Actions) car elles permettent une fiscalité adoucie au delà des délais fiscaux de 8 et 5 ans. L’enveloppe assurance vie est la préférée des français car elle combine les avantages du rendement et de la fiscalité en cas de transmission de patrimoine.

Le PER (Plan d’Epargne Retraite Individuel), institué par la Loi Pacte depuis octobre 2019 se révèle être une solution simplifiée et tout à fait encourageante pour bien préparer sa retraite, au même titre que l’immobilier par exemple.

▣ Les placements aux rendements garantis :

Ils rassemblent l’épargne bancaire classique tels que livret de développement durable, livret A, livret d’épargne populaire, livrets bancaires, les plans d’épargne logement et populaire, les fonds en euros des contrats d’assurance vie et plans d’épargne retraite.

▣ Les placements aux rendements variables :

Ils incluent principalement tous les investissements en bourse, que ce soit en obligations, actions cotées ou non cotées... Les supports utilisés par les épargnants sont le compte titres, le PEA, le contrat d’assurance vie, le contrat de capitalisation, le plan épargne retraite (PER), le plan épargne entreprise (PEE). A l’intérieur de ces supports, les principaux types de placements financiers sont les suivants :

Les SICAV (Sociéte d’investissement à capital variable) et FCP (Fonds Commun de Placement) :

Investissement monétaire, obligataire, en actions…Bien souvent, les SICAV et FCP sont diversifiés et mixent ces différentes solutions. Ils prennent l’appellation bien connue d’Unités de Compte(UC) au sein des contrats d’assurance vie.

« Les produits structurés » :

Investissement dont on connaît parfaitement les tenants et aboutissants. Le risque est atténué par une barrière de protection en cas de baisse. Communément appelés fonds à formule ou certificats, Ils connaissent un succès croissant. Utilisés au sein des contrats d’assurance vie, ils permettent une diversification de vos avoirs au regard de la sous performance récurrente des fonds en euros.

Les trackers (ou ETF) :

Instrument financier coté en bourse permettant de reproduire en temps réel un indice boursier. A l’inverse des SICAV et FCP, Ils ne sont pas « gérés » et leurs frais sont réduits.

Autres investissements :

Réservés à des investisseurs ayant déjà bien diversifié leur patrimoine, il s’agit d’investir au capital de sociétés non cotées de manière accompagnée: les FCPR (Fonds commun de Placement à Risque), FPCI (Fonds Professionnels de Capital Investissement), les FPS (Fonds Professionnels Spécialisés), ou encore les FCPI (Fonds Commun de Placement Innovation) qui occtroient quant à eux une réduction d’impôt sur le revenu.

Des placements plus confidentiels et hautement spéculatifs existent sous la forme de « contrats à terme », « options », financement participatif (crowdfunding). ..Ils sont réservés uniquement à un public d’investisseurs initiés.

Les Personnes Morales (SCI, SARL, SA, SNC….etc)

 

L’univers des placements financiers est accessible aux personnes physiques et aux personnes morales. Ces dernières peuvent mettre en place des contrats de capitalisation et comptes titres pour optimiser la gestion de leur trésorerie. En effet, cette réflexion s’impose dans un contexte où les dépôts ou comptes à terme sont d’un rendement peu attrayant.

Bien sûr, le montant des avoirs confiés et le niveau de risque doivent s’analyser finement, et rester à la main du Dirigeant : il est le plus légitime pour apprécier la santé de l’entreprise, son besoin éventuel, et la part à conserver en trésorerie court terme.

Pour les holdings patrimoniales, les contraintes réglementaires sont moindres. Elles peuvent par exemple profiter en partie de la garantie du capital sur le fonds en euros d’un contrat de capitalisation, selon les compagnies.

En concertation avec vos Conseils habituels, nous sommes présents lors de la cession de votre outil de travail. Par exemple, nous proposons des solutions d’investissement opérationnelles et efficientes si vous souhaitez utiliser les avantages liés au report de l’impôt de plus value de cession ( « apport-cession » dans le cadre de l’article 150-O B ter du Code Général des Impôts).

 

 

Les règles d'or de l'investisseur

Les frais liés à vos investissements financiers